Associés

 

Les laïcs spiritains associés

Après le Concile Vatican II, le phénomène des laïcs associés à la vie religieuse, désireux de goûter à ses richesses, ne cesse de croître. Ils sont de plus en plus nombreux, les laïcs en contact avec les Congrégations religieuses, qui s'intéressent à leur mission et cherchent à se nourrir de leur spiritualité. Ils essaient de vivre au jour le jour, dans leur famille et dans leur profession, les valeurs de la vie religieuse. Ces valeurs sont vécues comme un "air frais" qui donne un nouveau sens à leur vie et les aide à vivre en profondeur leur foi et leur mission de laïcs dans l'Eglise.

De même, en plusieurs de nos circonscriptions de la Congrégation, beaucoup de laïcs se sont intéressés à notre mission et à notre spiritualité. Cherchant une orientation pour mieux réaliser leur vocation et leur mission, ils se sentent attirés par le charisme spiritain, surtout quand il est incarné par des confrères bien concrets. Certains sont attirés davantage par la spiritualité, nos sources d'inspiration, notre prière et notre vie commune; d'autres par nos engagements missionnaires; d'autres encore par les deux à la fois.

Nous constatons qu'il y a un ensemble de chrétiens laïcs, qui, à des niveaux différents, participent à notre vie et à notre mission et qui vraiment font partie de la grande "famille spiritaine". Avec le Chapitre de Maynooth et selon la proximité spirituelle et l'engagement missionnaire qu'ils ont avec nous, nous pouvons distinguer:

  • Les amis des Spiritains: ce sont les collaborateurs et collaboratrices de notre mission, qui avec leurs prières, leurs sacrifices et leurs dons nous aident dans l'accomplissement de noire mission.
     
    Les laïcs qui se sentent attirés par la spiritualité de nos fondateurs et qui participent aux groupes de prière et de réflexion missionnaires (les Fraternités Spiritaines). En partageant notre spiritualité et en y participant, ils participent aussi à notre mission.
     
    Certains laïcs, après avoir suivi un parcours de formation, prennent à l'égard de la Congrégation un engagement plus profond. Comme signe de cet engagement, ils font un contrat d'association avec la circonscription qui les accueille. Ce sont les laïcs spiritains associés. En tant que laïcs spiritains associés, ils s'engagent à vivre ces trois aspects: défense des faibles et des pauvres dans notre société, une certaine vie de communauté et de prière, dont les modalités sont à préciser en chaque cas et un engagement précis avec la mission de la Congrégation, en tenant compte de leur vie particulière.
     
    associe.jpg

     

    Le groupe des laïcs spiritains dans la rencontre de Knechtseden
    Allemagne

 

Que font-ils?

 

Habituellement, ils sont engagés dans des activités très variées pour la justice et paix, collaborent avec nous dans l'animation missionnaire des églises locales, dans la formation des volontaires missionnaires et même dans la formation des spiritains profès et ils vivent et participent à notre mission "ad extra" en Afrique, en Amérique Latine et en Australie.

Ainsi, dès 1995, le bureau de justice et paix de la province d'Angleterre est tenu par les laïcs spiritains associés. Dans la province du Transcanada, depuis longtemps, ils sont engagés avec les communautés aborigènes, dans l'enseignement religieux, dans le soutien aux immigrés et dans la préparation des volontaires missionnaires dans le cadre des VICS (Service Chrétien du Volontariat International). Dans les provinces des États Unis W. et E. ils continuent à préparer des volontaires missionnaires et offrent une formation aux laïcs qui veulent s'associer à nous. Dans les provinces de Hollande et d' Allemagne, quelques groupes de laïcs spiritains sont fortement engagés dans la Congrégation et font des travaux qui, sans leur collaboration, ne pourraient pas être maintenus, comme ceux de l'animation missionnaire, la présence dans les écoles et le travail auprès des immigrés et des demandeurs d'asile. Dans la province d'Espagne, les laïcs associés travaillent dans l'accueil des immigrés et à l'éveil de la conscience missionnaire.

Depuis environ quinze ans, les représentants des laïcs spiritains associés se rencontrent au niveau des provinces de l'Amérique du Nord et ils sont arrivés à une sorte de guide, de statut pour les laïcs spiritains associés. Dans les provinces d'Europe, il y a 3 ans qu'ils ont commencé à faire de même. En 1991 à Pittsburgh (USA), il y a eu la première rencontre internationale des laïcs associés au niveau de la Congrégation. L'Année Spiritaine des Centenaires ne serait-elle pas une bonne occasion pour faire une autre rencontre internationale?

Associes2.jpg

Maria Margerita (Espagne) avec un groupe de jeunes qui travaillent avec les pauvres


 

 

Que disent-ils d'eux-mêmes?

a) Ce qui nous attire vers la famille spiritaine
    L'Esprit, le souffle de notre vie
 
"Le nom et la présence de ]'Esprit, 'le grand méconnu', mais si présent, si nécessaire et si intime dans la vie de l'Église et en chaque personne, m'a toujours attirée" (M. L., Espagne).

"On m'a donné un livre sur les écrits de Libermann ... J'ai été complètement subjugué par ces écrits. C'était comme si Libermann lui-même me parlait. Je m'identifiais avec sa spiritualité dans sa mission auprès des noirs ... Quelle que soit la direction où ]'Esprit me mènera, je sui redevable aux Spiritains d'avoir partagé leur esprit avec moi" (S. S., USA/W).


 

La mission auprès des pauvres

Ce qui "attire, c'est que les Spiritains sont vraiment présents aux pauvres et aux rejetés. Ils vivent leur spiritualité. Ils ne vivent pas pour eux-mêmes". (Spiritains associés de Hollande).

"J'ai été marqué par le fait que ce service allait de préférence à ceux qui dans le monde ont des conditions de vie les plus mauvaises, les moindres chances" (H. G. S., Allemagne ).

Associes3.jpg 

Les spiritains profès et laïcs spiritains unis dans la même lutte pour la justice et la paix
Dans une chaîne humaine à Cologne pour demander la remise de la dette des pays pauvres

Proximité et vie simple

"Ce qui nous a vraiment attirés vers les Spiritains, c'est de voir ceux qui servaient les Afro-Américains dans notre paroisse. Ils étaient sincèrement concernés par le combat des Afro-Américains. Ils étaient toujours disponibles et, naturellement, ils étaient très heureux de servir les pauvres, si nombreux sur notre paroisse ... Ces types étaient très humains, pourtant, il y avait quelque chose en eux qui les rendait très spéciaux. Si ces gens ordinaires étaient tellement décidés à vivre les valeurs évangéliques, alors, nous voulions découvrir leur secret afin de les imiter" (J. & P. S., USA/W).

Possibilité de vivre la mission

"La mission outre-mer est également attirante... Cela nous a aidés à ouvrir notre horizon sur la mission outremer et en Hollande. Cela nous a aidés à avoir un regard critique sur notre société, notre vie et notre contribution à la société" (Laïcs spiritains associés de Hollande).

b) Notre place dans la Mission

 Vivre la mission : service du Royaume

"Il y a beaucoup de ministères, mais c'est le même Esprit. Par notre baptême, nous sommes appelés à être ses témoins aux extrémités de la terre. Tout ce qui ne requiert pas l'ordination sacerdotale peut être fait par des Spiritains associés" (S. S., USAJW).

"Nous pensons que la majorité du travail pourrait être fait par des associés (...). Importantes sont les possibilités de se rencontrer, de réfléchir sur notre travail et nos vies, d'élargir nos vues sur la vie chrétienne maintenant et sur ]'impact du Christianisme sur nos vies"(Laïcs spiritains associés de Hollande).

Une multitude de possibilités

"Cela dépend de la réalité où nous sommes appelés. Ainsi les laïcs peuvent travailler dans l'enseignement, dans les hôpitaux, dans les jardins d'enfants, dans les orphelinats, dans les projets pour la justice et la paix, dans l'appui et l'accompagnement des syndicats et dans les centres d'animation missionnaire. Aussi dans les milieux professionnelles, en tant que médecins, infirmiers, techniciens agricoles" (M. L. A., Brésil), "...L=alphabétisation des marginalisés, l'accompagnement des malades et de ceux qui vivent seuls, collaborer dans les centres de récupération des toxico-dépendants" (M. L., Espagne).

"Les pères spiritains vivaient dans de très mauvaises conditions et étaient souvent malades. Aussi, quelques hommes et moi avons voyagé en PNG pour leur bâtir une maison correcte. J'y suis en permanence depuis 1983, et je participe à leurs réunions et à leur planification" ( K. C., Australie).

La mission "ad extra" et l'animation missionnaire

"Quelques-uns d'entre nous ont travaillé 4-5 ans en Tanzanie et au Zimbabwe; d'autres ont visité les missions outre-mer ... Nous travaillons dans le domaine de l'animation missionnaire, des groupes de support de jeunes qui vont visiter un pays du Sud. Nous accompagnons un groupe qui a eu une expérience en mission et dont les membres veulent réfléchir sur leur expérience là-bas et sur l'impact qu'elle a eu dans leur vie personnelle." (Laïcs spiritains associés de Hollande).

c) "Un 'plus' dans ma vie"

Être plus adulte et attentif aux autres

"Le contact avec les Spiritains m'a aidé à devenir plus adulte dans ma foi, plus responsable et attentive aux autres, en commençant par ma propre famille" ( M. D., Portugal ).

"Ce que je fais découle de ce que je suis. Ma collaboration avec les Spiritains m'a aidé à devenir une personne meilleure. Je suis en train de devenir tout ce que pour quoi Dieu m'a créé. Grâce à l'inspiration et à la direction donnée par les Spiritains, je progresse chaque jour. Mes relations professionnelles et religieuses ont toutes progressé, parce j'ai progressé " (S. S., USA/W ).

Associes4.jpg 

La famille spiritaine, l'arc en ciel, où tous sont accueillis et bienvenus.
Mrs Sharon Sani, laïque associée de USA/W

 

Grandir dans la vie spirituelle

"La lecture régulière de la vie de Libermann a changé notre vie de foi. Nous sommes très conscients de notre appartenance aux Spiritains associés, et nous savons que nos collègues attendent plus de nous que des "laïcs ordinaires", quoique nous soyons simplement des laïcs ordinaires qui sont Spiritains associés" (J. & P. S., USA/W).

"La spiritualité et la mission des Spiritains sont un trésor que je garde dans mon coeur. Je remercie la Congrégation pour tout ce que vous êtes et pour tout ce qu'elle m'apporte." (A. M., Portugal).

"Les Spiritains m'offrent l'espace où je trouve du souffle et où je peux réfléchir sur ma vie " (B. A., Allemagne).

"La Congrégation du Saint Esprit est devenue, au fil des ans, un lieu de ressourcement, un lieu de remise en cause et de discernement, un lieu d'écoute et de partage. Les temps forts de retraite, les moments do prière en commun, les discussions avec l'un au l'autre père nous permettent d'avancer sur la route qui est la nôtre, d'aller plus loin dans nos engagements sans oublier l'essentiel. La communauté spiritaine a été pour moi une force pour oser aller là où je n'avais pas prévu d'aller " (D. F., France).

Vivre la vie professionnelle autrement

"En exerçant nos professions nous pouvons le faire avec un sens missionnaire. Par exemple, en tant qu'enseignants, nous avons l'occasion d'offrir à nos élèves des rencontres et des expériences où ils puissent sentir les besoins des pauvres et acquérir le vrai sens de la vie et aussi notre responsabilité sociale" (H. G. S., Allemagne).

Associes6.jpg 

Des laïcs participent à la mission: enseignement, catéchèse, construction
Kevin Conway construit une tour pour une église en Papouasie


 

d) Ce qu'on attend de la Congrégation
 
"La Congrégation peut nous aider à vivre notre vocation chrétienne en continuant à nous accueillir comme faisant partie de leur communauté avec tout le soutien et l'amour que l'appartenance à une famille apporte" (Spiritains associés d'Angleterre).

" Tout ce que nous demandons, c'est l'encouragement et le soutien dans notre tentative de vivre la mission spiritaine" (J.& P. S., USA/W).

"La Congrégation pourrait aider, parce qu'elle désire assurer la continuité de l'esprit spiritain dans son travail, là où elle ne peut plus le continuer par elle-même. Ceci nous aiderait à trouver ensemble la meilleure façon pour les laïcs et les membres de l'ordre de travailler ensemble " (H. G. S., Allemagne).

e) Le sens d'un engagement formel 

"Par la volonté d'être associés à la Congrégation, nous affirmons notre désir de collaborer pleinement à la mission des Spiritains et de nous rendre solidaires de leurs projets ... Nous désirons (...) nous engager davantage et être plus étroitement liés à la communauté spiritaine la plus proche de notre lieu d'engagement" (D. F., France).

"En devenant associés, nous sentons que nous sommes devenus spirituellement plus conscients. Le sentiment d'appartenance est une force énorme dans notre vie quotidienne. Les rencontres mensuelles auxquelles nous allons et les jours spéciaux de réflexion nous remontent beaucoup et sont importants pour nous tous. Il y a un besoin spécial de nous rassembler comme "communauté" pour prier, discuter et se rencontrer. (Laïcs spiritains associés d'Angleterre).

"L'engagement formel me fait sentir partie prenante de la Congrégation et il est un chemin concret et précieux pour vivre ma foi en communion avec les Spiritains; en participant à leur spiritualité, je me sens plongée dans l'Esprit du Seigneur " (M. L., Espagne).

"Selon moi, il ne devrait pas y avoir besoin de mettre les relations vivantes en termes de contrat. Mais s'il en faut faire un, il devra être un engagement réciproque, mémoire et promesse, qui maintient clairs les points importants" (H. G. S., Allemagne).

 

Les laïcs spiritains associés: quel avenir?
 

1. Les charismes, un trésor à partager

Les charismes sont des dons que Dieu a donné à son Église, dans son ensemble, pour le bien de toute l'Église. L'exhortation apostolique sur la Vie Consacrée indique que les religieux n'ont pas le monopole du charisme donné par l'Esprit et que les charismes peuvent être partagés avec les laïcs (Vita Consacrata, 54).

La manière de vivre le charisme n'est pas quelque chose de "figé" une fois pour toutes. Dans le monde changeant où nous vivons, les besoins apparaissent et les appels surgissent, et certainement il y a des manières différentes de vivre la spiritualité et la vocation spiritaines. Aujourd'hui un nombre croissant de laïcs entrent en contact avec nous et demandent à être associés à notre Congrégation; n'est-ce pas un des signes des temps? Les laïcs n'arrivent pas les mains vides; ils nous apportent leur expérience, leurs talents et leur savoir-faire, et aussi la lumière et le dynamisme qu'ils trouvent dans le charisme de nos fondateurs. Le partage de ce charisme ne sera-t-il pas un enrichissement pour nous-mêmes? Certainement qu'en partageant entre nous, religieux et laïcs, l'inspiration qui nous vient de ce charisme, nous en retrouverons davantage, sous des formes inédites, la beauté et la vitalité. Ainsi, la Congrégation pourra connaître un nouveau rayonnement par cet apport d'expérience et de vie spirituelle. Ensemble, profès et laïcs, nous pourrons retrouver plus d'enthousiasme, d'imagination et créativité, pour apporter des réponses nouvelles aux questions et aux besoins d'aujourd'hui.

2. La place des laïcs dans l'évangélisation

Depuis des siècles, la spiritualité et l'étude de la théologie étaient le privilège des clercs et des religieux. Les laïcs n'avaient pas accès aux trésors de la tradition chrétienne. Aussi la mission et l'évangélisation étaient réservés en particulier aux Instituts cléricaux et religieux.

Le Concile Vatican II a insisté qu'il y a une égalité fondamentale dans l'Église et tous ont une responsabilité pour s'aider mutuellement à vivre la mission et tons sont responsables, selon leur propre vocation, de la Mission que tous les baptisés ont reçue du Christ.

Si nous définissons l'évangélisation comme étant la réalisation du Royaume, sans doute les laïcs engagés dans toute sorte d'activités profanes pourront être porteurs de la Bonne Nouvelle "ad gentes" et aussi bien que les prêtres ou des religieux. N'est-il pas possible que les "signes des temps" exigent de la part des Instituts missionnaires une plus grande ouverture pour une participation croissante des laïcs? Est-ce une situation passagère, ou bien cette forme d'appartenance risque-t-elle de demeurer un trait permanent de nos congrégations missionnaires? De toute façon, les congrégations religieuses sont aujourd'hui nombreuses à chercher les moyens d'intégrer les laïcs dans leurs familles.

3. La Mission dans l'esprit de collaboration

"Les expériences présentées au Chapitre ont relevé que la collaboration est une dimension essentielle de la mission contemporaine. La complexité de la mission est telle aujourd'hui que nous ne pouvons efficacement l'accomplir seuls. Travailler avec d'autres nous renforce dans notre engagement et profite aux personnes qui poursuivent avec nous des objectifs commune" (Maynooth, 5).

De nos jours un nombre croissant de laïcs manifestent le désir de collaborer et participer à la Mission et de goûter les richesses spirituelles des Institute religieux missionnaires, partageant leur vie communautaire et leur vie apostolique et missionnaire, en tant que membres associés. Nous ne savons pas où cette démarche nous mènera. Nous sommes sûrs que l'Esprit Saint est présent dans ce mouvement de collaboration et d'extension de notre charisme et de notre spiritualité à d'autres groupes non profès, et sans doute, cette démarche modifie le profil du laïcat et aussi de la vie religieuse elle-même. Le chapitre de Maynooth nous dit que tout en restant fidèles avec discrétion à notre charisme et à notre identité, nous devons être disponibles et ouverts à cette collaboration.

4. Ce partage, chance de renouveau spirituel et missionnaire


"Laïcs et Spiritains profès sont poussés les uns vers les autres. D'un coté, la Congrégation cherche à mettre en valeur son charisme, sa spiritualité, comme un apport utile pour l'avenir de ce monde, pour l'établissement du Royaume de Dieu.( ...). D'un autre côté, beaucoup de gens s'adressent aux traditions religieuses, en quête de sens pour leur vie; beaucoup cherchent des compagnons d'engagement en vue de construire un monde meilleur pour tous" (Fr. Wijnen, Maynooth, 1. 18).

Cette collaboration avec les laïcs est aussi une grâce pour nous parce qu'elle amène à changer notre manière de vivre la mission et notre ministère. La collaboration avec les laïcs nous invite à revoir la manière dont nous, prêtres spiritains, exerçons notre ministère, jamais comme un pouvoir, mais comme un service, en éliminant de nos relations toute sorte d'autoritarisme ou de cléricalisme. La collaboration nous invite à nous faire aussi proches des gens que possible: de leur culture, de leur situation concrète, et à partager avec eux notre foi. Ce partage nous demande une fidélité plus profonde à notre Règle de Vie:

  • Un engagement plus profond avec les pauvres.
     
  • Une plus grande intimité avec Dieu et recherche de nos sources d'inspiration. 
     
  • Une meilleure qualité de vie relationnelle et communautaire

Associes8.jpg 

Dans leur collaboration, Spiritains profès et Spiritains non profès ont déjà fait un bout de chemin. Mais devant eux un long chemin les attend pour le bien du Royaume et de l'Église. Ayons confiance, l'Esprit de Dieu nous conduit.


Extrait de: Information Documentation
Rome mars 2000

CONRAD ET MARIA VOISARD: PREMIERS ASSOCIÉS SPIRITAINS
DE LA PROVINCE DU CANADA

ConradMaria.jpg

À l'âge de 57 ans et 52 ans, où habituellement on s'approche de la retraite, Conrad Voisard et Maria Thériault entreprenaient une nouvelle carrière en entrant à la Maison SPES (Service de Pastorale et d'Échange Spiritain), Conrad pour y travailler à la Procure des Missions et Maria pour y faire des travaux de secrétariat. Ils avaient laissé leurs emplois à Développement et Paix dont un des bureaux était à SPES.

Les sept ans de sanatorium de Conrad (1940-1947), où il entre en n'ayant que quelques mois à vivre (c'est ce que le docteur dit à son père), lui ont fait désirer d'aider les autres. Même de son lit, il organise moult comités et quand il prend du mieux, il organise des cours par correspondance pour distraire les malades. Maria aussi entre au sanatorium en janvier 1947, pour en sortir six mois après. Trois mois après Conrad. Ils se revoient et s'épousent le 18 septembre 1948. Ils ont toujours ?uvrés en allant vers les pauvres et les démunis ? ce qui fait dire au Cardinal Jean-Claude Turcotte qu'il était "clérical".

En entrant à SPES comme employés, le 8 août 1977, ils étaient invités à se joindre à la Communauté comme Associés Spiritains. Ils ont eu une période d'approbation de deux ans et le 3 juin 1979, ils firent un premier engagement officiel qu'ils ont toujours continué à maintenir.

En 1985, après bien des échanges avec les parents et amis des Pères spiritains, ils croient bon de regrouper toutes ces personnes qui demandent des prières en une Fraternité où on prierait les uns pour les autres. C'est avec le Père Michel Picard, lors d'un voyage à Paris que se fait la première ébauche de la Fraternité du Saint-Esprit en union avec celle de Paris. Le Père Fernando Michaud est nommé aumônier de cette nouvelle Fraternité. Le 22 novembre, 60 personnes ont été affiliées officiellement, à la Résidence Le Roy, à Montréal. La Fraternité du Saint-Esprit a continué de progresser. À ce jour (avril 2000), 247 membres y sont affiliés. Un petit feuillet "Fraternisons" est envoyé quatre fois par année aux membres. À cette Fraternité se sont rattachées des cellules de pri8ères où on se rencontre à chaque mois pour prier et échanger. Une messe est dite dans une Maison Spiritaine chaque premier lundi du mois aux intentions des membres et ce même soir, une heure de prière est célébrée à SPES avec les personnes oeuvrant aux alentours.

Conrad et Maria ont travaillé à SPES jusqu'en décembre 1992. La maladie forçait Conrad à la retraite. Malgré sa longe maladie, Avec l'aide de Maria, Conrad a pu continuer à produire le "Fraternisons" jusqu'à son départ pour un monde meilleur, puisqu'un mois avant sa mort, à l'hôpital, il avait fait les corrections du "Fraternisons" ? qui continue d'être envoyé. Conrad décède le 5 mai 1999 à l'âge de 77 ans et 11 mois. Maria continue son association avec la Congrégation.

 

Pour rejoindre le responsable des associé(e)s au Québec:
Cornélius Boekéma
379, rue Lavoie
La Prairie QC
J5R 2Z6
cnboekema@yahoo.ca