Turquie

 
Turquie - 05-Jan-2018
Réouverture de l'église de fer et restauration d'églises et de synagogues comme partie intégrante de la géopolitique du Président turc
L’église bulgare historique de Saint Etienne, qui donne sur la Corne d’Or, prépare à rouvrir ses portes aux fidèles et aux visiteurs après que d’importants travaux de restauration aient contraint à sa fermeture pendant sept ans. Le lieu de culte sera rouvert le 7 janvier à l’occasion d’une cérémonie à laquelle participeront également le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le Premier Ministre bulgare, Boyko Borisov. Est également prévue la présence lors de cette inauguration du Patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomé I, et du Patriarche orthodoxe de Bulgarie, Neofit.

Les services et moyens de communication turcs présentent l’événement comme un emblème de la campagne gouvernementale visant à redonner du lustre aux églises et synagogues historiques présentes sur le territoire national, en mettant en évidence également les valeurs géopolitiques potentielles de cette campagne. Depuis le 1er janvier, la Bulgarie, membre de l’Union européenne depuis 2007, a pris la présidence semestrielle du Conseil de l’UE.
Construite par la communauté bulgare au XIX° siècle, l’église Saint Etienne est également connue sous le nom d’église de fer, en ce qu’elle constitue l’unique église au monde dont la structure portante est constituée principalement de ce matériel. Sa restauration, qui a débuté voici sept ans et a coûté 16 millions d’USD, a été cofinancée par la municipalité d’Istanbul et par le gouvernement bulgare.
Les moyens de communication les plus proches du gouvernement ont profité de la restauration de l’église de fer pour rappeler l’engagement de la Turquie actuelle visant à redonner vie aux églises et synagogues historiques présentes dans le pays. Au cours de ces dix dernières années, selon les données fournies par les sources officielles turques, ont été lancées et en grande partie achevées, au travers de la Direction générale des Fondations, les restaurations de 14 églises et synagogues, et ce malgré la baisse du nombre des visiteurs chrétiens et juifs provenant de l’étranger. Parmi les lieux de culte restaurés, figurent la grande synagogue d’Edirne, l’église Saint Nicolas sur l’île de Gökçeada, en mer Egée et l’église grecque orthodoxe Saint Georges d’Istanbul.
La réouverture de l’église de fer est également lue par les observateurs à la lumière d’un possible processus de redéfinition des rapports entre la Turquie et l’Union européenne. « Laissons tomber l’hypocrisie sur le processus d’adhésion de la Turquie à l’UE » a affirmé voici quelques jours le Premier Ministre bulgare, Boyko Borisov, ajoutant que « ce qu’il y a de mieux à faire est de s’asseoir et de faire un accord spécial entre la Turquie et l’UE ». (GV) (Agence Fides 05/01/2018)
 

PDF