Cité du Vatican

 
Cité du Vatican - 15-Nov-2018
Rencontre du Préfet de la Congrégation pour l'Evangélisation des Peuples avec les Séminaristes de Luanda, appelés à devenir « d'authentiques disciples missionnaire du Christ et de la joie de l'Evangile »
« Avec vous et avec cette Eglise, je veux louer et rendre grâce au Seigneur pour le don de tant de vocations que le Seigneur ne cesse de susciter au sein de cette jeune Eglise en Angola. Alors que j’admire et rend grâce à Dieu pour le nombre des vocations à la vie religieuse et sacerdotale, je lance surtout un appel à ce que chacun d’entre vous cherche la qualité du discépolat.

Ayez pour but la qualité et entraînez-vous à être des disciples de qualité ! ». Telle est l’exhortation adressée aux Séminaristes diocésains et religieux de la Province ecclésiastique de Luanda que S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, a rencontré hier après-midi, 14 novembre, au Séminaire archidiocésain du Sacré-Cœur de Jésus de Luanda, au cours de sa visite pastorale en Angola (voir Fides 09/11/2018).
Le Préfet du Dicastère missionnaire a centré son discours sur la question que chaque séminariste devrait se poser au cours de son chemin de formation : « Quel prêtre veux-je être ? ». Il a par suite suggéré les réponses : pas un prêtre qui aime les commodités et le luxe, car « il s’agit là de prêtres de salon, qui préfèrent la tranquillité et la sérénité de leurs bureaux, de leurs fauteuils, de leurs voitures de luxe ». Pas même « des prêtres fonctionnaires ou professionnels du sacré » qui font un métier ou exercent une fonction pendant une certaine période de la journée, de la semaine et du mois et le font pour un salaire, une récompense…
Pas non plus des prêtres cléricaux. « Le Pape François – a rappelé le Cardinal – à diverses reprises a critiqué le cléricalisme à l’intérieur de l’Eglise et surtout en parlant aux séminaristes et aux jeunes prêtres, il a demandé aux jeunes de dire « non au cléricalisme »… Pour le Pape, le cléricalisme ne permet pas la croissance. Il ne permet pas aux potentiels du baptême de se développer ». Enfin, pas non plus des prêtres « à la double vie » qui vivent le sacerdoce de manière hypocrite.
Ensuite, le Cardinal Filoni a défini le profil du prêtre, diocésain ou religieux, qui, en premier lieu, doit avoir une conscience claire d’être appelé à être de manière authentique un « disciple missionnaire ». Il doit par suite sortir de soi-même, de son égoïsme, de son autoréférentialité, pour rencontrer Jésus qui l’appelle. « C’est un amoureux du Maître, amoureux de l’Evangile, qui, surpris, interpellé et provoqué par l’attrait toujours actuel de la figure de Jésus au travers de Ses paroles et de Ses gestes d’amour qui vit hic et nunc la joie de l’Evangile et s’engage à être pasteur selon Son cœur ».
En outre, a poursuivi le Cardinal, il vit avec les autres prêtres qui forment le même presbyterium la fraternité presbytérale, dans l’écoute obéissante de l’Evêque ou des Supérieurs, dans une communauté où il n’existe ni concurrence, ni favoritisme ni individualisme mais où règne l’aide réciproque, la correction fraternelle, la solidarité pastorale et la coexistence.
Il doit par suite être un prêtre qui sort pour aller à la rencontre des pauvres, en vivant la « pauvreté évangélique », en portant l’Evangile dans les rues, dans les périphéries géographiques et existentielles. Des prêtres passionnés par Jésus-Christ et serviteurs de la joie de l’Evangile, « ce sont ceux qui savent être (bien NDT) avec tous, en particulier avec les plus pauvres, les plus souffrants, les pécheurs et les malades, pour leur communiquer la joie du Ressuscité, pour restaurer l’espérance perdue, pour constituer un signe de la bénédiction du Dieu riche en miséricorde ». (SL) (Agence Fides 15/11/2018)
LINK
Texte intégral du discours du Cardinal Filoni (en portugais) -> http://www.fides.org/it/attachments/view/file/9D._Discurso_para_os_Seminaristas_diocesanos_e_Religiosos_de_LUANDA.doc
 

PDF