Cité du Vatican

 
Cité du Vatican - 14-Nov-2018
Discours du Préfet de la Congrégation pour l'Evangélisation des Peuples aux religieuses de Saurimo sur l'intimité avec le Christ dans la prière et le service généreux du monde
L’Exhortation apostolique Evangelii gaudium et la proclamation du Mois missionnaire extraordinaire, qui suivent clairement, tout comme d’autres aspects, la tonalité missionnaire de l’ensemble du Pontificat du Pape François, ont offert le prétexte à S.Em. le Cardinal Fernando Filoni pour considérer certains aspects de la vie consacrée féminine.

Au cours de sa visite en Angola (voir Fides 09/11/2018), en s’adressant aux religieuses de la Province ecclésiastique de Saurimo, au matin du 13 novembre, le Préfet du Dicastère missionnaire a affirmé : « La vie religieuse consacrée est un don de Dieu fait à l’Eglise au travers de laquelle Il veut que les personnes consacrées, hommes et femmes, au travers de la profession des conseils évangéliques, rendent visibles dans le monde les caractéristiques de Jésus – chaste, pauvre et obéissant. Les maux actuels de notre société peuvent être surmontés par la redécouverte des valeurs évangéliques de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Pour le faire, nous devons valoriser notre rencontre avec le Christ afin de renouveler le don de notre vocation ».
Le Cardinal a ensuite exhorté les religieuses à se dédier à atteindre « la maturité spirituelle, humaine et affective » au travers de la prière et de la formation permanente : « Vous devez avoir un style de vie caractérisé par l’intimité avec le Christ dans la prière et par un généreux service du monde ». « Dans un monde en continuel changement et marqué par tant de contradictions – a-t-il poursuivi – où la tendance est celle d’exclure Dieu des choix fondamentaux, il est très facile, y compris pour les religieuses, de perdre son identité propre. En effet, les maux qui affligent la société mondialisée d’aujourd’hui, tels que la recherche de l’autonomie, l’avidité, le goût pour le pouvoir, le manque d’esprit de service, les divisions ethniques et tribales, la banalisation de l’amour et de la sexualité, n’épargnent ni le clergé diocésain ni les religieux et religieuses ici en Angola. Au contraire, ils menacent votre Eglise, vos communautés religieuses ou causent déjà de graves dommages à ces dernières ».
Au travers du don total de la vie à Dieu et au service des communautés, des pauvres, des marginalisés, les religieuses vivent cette dimension missionnaire de l’Eglise « en sortie » en témoignant de leur choix de suivre Jésus-Christ de manière radicale. « Dès lors – a exhorté le Cardinal Filoni – efforcez-vous de créer des communautés religieuses qui soient de vrais « lieux de fête et de pardon » et un environnement qui soit dans le même temps missionnaire et qui prépare à la mission. Dans ces communautés, il est nécessaire de vivre la communion fraternelle afin que nous soyons membres de la même famille religieuse ». La fraternité, qui caractérise la vie consacrée dans sa dimension communautaire, doit constituer « un signal fort et éloquent » de la fraternité de toute l’Eglise.
Enfin, le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples a réaffirmé l’importance de la formation permanente. « En vue d’une fidélité créative à la vocation religieuse et pour répondre aux besoins de la mission et aux défis lancés par le monde d’aujourd’hui, vous devez vous engager dans la formation permanente, qui représente un effort constant de renouvellement spirituel, humain, religieux et intellectuel, une dimension du processus de conversion permanente ». (SL) (Agence Fides 14/11/2018)
LINK
Texte intégral du discours du Cardinal Filoni (en portugais) -> http://www.fides.org/it/attachments/view/file/6D._Encontro_com_as_Religiosas_-_SAURIMO.doc
 

PDF