Érythrée

 
Érythrée - 11-Nov-2017
Appel à la prière pour l'Eglise persécutée en Erythrée des Evêques d'Afrique orientale
« Nous devons continuer à prier pour l’Eglise en Erythrée qui continue à être persécutée par le gouvernement qui confisque des propriétés ecclésiastiques, ne permet pas la construction d’églises et menace l’existence même de l’Eglise » affirme le Père Ferdinand Lugonzo, Secrétaire général de l’Association des membres des Conférences épiscopales d’Afrique orientale (AMECEA), dans un entretien accordé à l’Agence Fides, dans le cadre duquel il explique le Message de solidarité envoyé aux chrétiens érythréen par une délégation de l’AMECEA. « Actuellement, cinq séminaristes se trouvent incarcérés – déclare le Père Lugonzo – semble-t-il pour des questions relatives au service militaire obligatoire ».

La visite de solidarité en Erythrée d’une délégation de l’AMECEA a débuté le 30 octobre et s’est achevée le Dimanche 5 novembre. Elle faisait partie de la résolution finale adoptée par la XVIII° Assemblée plénière de l’AMECEA, qui avait eu lieu à Lilongwe, capitale du Malawi, en 2014.
Dans leur message de solidarité, les membres de la délégation expliquent avoir rencontré non seulement les responsables et les laïcs de l’Eglise mais avoir « eu l’occasion de rencontrer un certain nombre de responsables civils à différents niveaux de gouvernement », tout comme « les responsables d’autres communautés religieuses ». Les membres de la délégation encouragent dans ce même texte « toutes les communautés religieuses en Erythrée à chercher à travailler dans l’harmonie afin de promouvoir le bien commun », rendant hommage « au témoignage de foi et aux sacrifices des premiers missionnaires qui ont planté les semences de la foi dans le pays ».
La délégation a remarqué avec satisfaction que les autorités locales apprécient les efforts faits par l’Eglise catholique, en compagnie d’autres communautés de foi, en faveur du bien-être des érythréens. Cependant, elle a observé, dans le même temps, « avec beaucoup de préoccupation, le fait que l’Eglise œuvre dans un environnement particulièrement difficile ».
La délégation a exhorté explicitement le gouvernement érythréen à garantir un milieu favorable « afin que l’Eglise recouvre son juste rôle dans le développement de la population ». La délégation de l’AMECEA a en particulier exprimé sa préoccupation suite aux empêchements mis à la construction non seulement des églises mais des résidences destinées au clergé et aux religieuses à cause de ce qui sont décrits comme des « facteurs extérieurs ».
La représentation de l’AMECEA a reconnu le fort témoignage de foi donné par les membres du clergé, les religieux et les laïcs, en en louant la force de résistance dans un milieu difficile.
Enfin, la délégation a demandé au gouvernement d’Asmara, « tout en connaissant le conflit sur les frontières entre l’Erythrée et l’Ethiopie », l’autorisation pour les Evêques d’Erythrée de participer à la XIX° Assemblée plénière de l’AMECEA qui se tiendra à Addis Abeba en juillet 2018.
La délégation de l’AMECEA était conduite par S.Exc. Mgr Thomas Msusa, Archevêque de Blantyre (Malawi) et Vice-président du Comité exécutif de l’AMECEA. En faisaient partie S.Em. le Cardinal John Njue, Archevêque de Nairobi (Kenya) et Leurs Excellences NN.SS. Michael Didi, John Baptist Odama et Joseph Anthony Zziwa, respectivement Archevêques de Khartoum (Soudan) et de Gulu (Ouganda) et Evêque de Kiyinda-Mityana (Ouganda) ainsi que le Père Ferdinand Lugonzo, Secrétaire général de l’AMECEA.
Font partie intégrante de l’AMECEA les Evêques d’Erythrée, d’Ethiopie, du Kenya, du Malawi, du Soudan, du Soudan du Sud, de Tanzanie, d’Ouganda et de Zambie alors que ceux de Djibouti et de Somalie sont membres associés. (DBO-LM) (Agence Fides 11/11/2017)
 

PDF