Asie_General

 
Asie_General - 05-Oct-2018
Vingt-et-unième anniversaire de la Missio sui iuris
L’Eglise au Tadjikistan a fêté les 21 ans d’institution de la Missio sui iuris. C’est ce que raconte à l’Agence Fides le Père Pedro Ramiro López, prêtre de l’Institut du Verbe incarné, responsable de ladite Mission depuis 2013 mais présent sur place depuis 2004.

« Comme chaque année, nous avons voulu célébrer ce rendez-vous important au travers d’une Messe solennelle à laquelle ont participé les fidèles des deux Paroisses du pays. Nous avons saisi l’occasion pour renouveler la consécration de la Mission au Sacré-Cœur, comme nous l’avions fait l’an dernier, à l’occasion du vingtième anniversaire de notre présence dans ce pays » écrit le Père Lopez dans une note envoyée à Fides.
L’arrivée de catholiques au Tadjikistan remonte aux années 1970. Les premiers fidèles étaient en majorité des allemands provenant de Russie, d’Ukraine et e Lituanie, déportés dans le pays sous le régime soviétique. A cause du régime communiste, les communautés du Tadjikistan, pendant des années, furent totalement isolées de l’Eglise universelle. La présence catholique locale fut structurée au travers de l’institution de la Missio sui iuris en date du 29 septembre 1997 par Saint Jean Paul II, une figure à laquelle la petite communauté catholique est très fortement liée. « Le 21 octobre prochain en effet, nous célébrerons la mémoire de Saint Jean Paul II, en impliquant et en unissant encore une fois les fidèles des deux Paroisses tadjikes » explique le Père Lopez, qui ajoute des détails sur les prochains événements extraordinaires. « Le 2 novembre, comme le veut la tradition, nous célébrerons la Commémoration de tous les fidèles défunts, avec une Messe qui sera célébrée au cimetière. Puis nous commencerons à préparer le temps de l’Avent et la célébration de Noël dans le juste esprit ».
L’Eglise au Tadjikistan compte donc deux Paroisses, l’une dans la capitale Dushambé, et l’autre à Qurgonteppa. Selon ce qu’indique le Supérieur de la Missio sui iuris, elle compte actuellement quelques 150 fidèles tadjiks desservis par 3 prêtres argentins de l’Institut du Verbe Incarné, 5 religieuses Missionnaires de la Charité et 3 religieuses de l’Institut des Servantes du Seigneur et de la Vierge de Matarà. (LF) (Agence Fides 05/10/2018)
 

PDF