Asie_General

 
Asie_General - 29-Nov-2018
Le Village de l'Arche, un oasis pour les enfants kazakhs
« En regardant nos jeunes filles les plus âgées qui enseignent aux enfants depuis peu arrivés au Village de l'Arche, il arrive de penser : combien serait-il plus beau si, au lieu de cette jeune-fille, il y avait la vraie mère de cet enfant. Mais c'est là leur histoire et nous sommes entrés dans leur vie justement pour donner aux enfants une présence affectueuse et un accompagnement dans leur croissance ».

C'est ce qu'affirme dans une note envoyée à l'Agence Fides, l'Association Arche qui, conduite par un missionnaire, le Père Giulio Trezzani, gère la communauté du Village de l'Arche, sise à Talgar, dans les environs d'Almaty, communauté qui accueille des enfants handicapés, orphelins ou se trouvant en difficultés familiales.
La structure vient de fêter ses 18 ans. Fondé le 1er juin 2000, le Village « a vu, au cours de ces 18 dernières années, de nombreux enfants et jeunes filles grandir et commencer leur vie d'adulte ou passer seulement une courte période qui a cependant permis à leur famille de surmonter des moments difficiles » indique la note. A l'occasion de l'anniversaire de fondation, aucune célébration particulière n'a été organisée mais, « comme chaque année, a été vécue la joie de partager ce moment avec de nombreux amis parmi tous ceux qui font partie de notre histoire » indique toujours le texte de la note.
Enfin, au cours de ces derniers mois, les enfants du village de Talgar ont pu bénéficier de soins dentaires grâce à deux médecins italiens qui, périodiquement, assurent un bénévolat auprès de la structure. Depuis 2007, ont été réalisés à l'intérieur du centre médical du village, un dispensaire dentaire et radiologique outre à un cabinet de physiothérapie. Actuellement, le village compte quelques 70 enfants orphelins ou de familles à risque, et environ une trentaine souffrent de handicaps physiques ou mentaux. Les premiers pas ont été faits en 1997, au travers de l'accueil des enfants d'un orphelinat public en passe de fermer ses portes. Aujourd'hui, sont accueillies également les jeunes filles provenant de familles détruites par la violence ou l'alcoolisme. (LF) (Agence Fides 29/11/2018)
 

PDF