Bangladesh

 
Bangladesh - 02-Dec-2017
Le prêtre enlevé accusé par la police d'avoir simulé son rapt
Le mystère plane sur le cas du prêtre enlevé puis relâché au Bangladesh. Ainsi que l’a appris l’Agence Fides, le Père William Walter Rozario est accusé par la police d’avoir simulé son enlèvement et de s’être éloigné seul de son Diocèse. La version paradoxale fournie par les forces de l’ordre, qui retiennent encore en garde à vue le prêtre, a été présentée dans le cadre d’une conférence de presse tenue ce jour à Natore, où le prêtre était présent mais sans avoir la possibilité de prendre la parole pour donner sa version des faits. Le tout sera clarifié lundi, lorsque le Père Rozario rendra son témoignage au tribunal devant un juge du district.

Le Père Subroto Purification, Curé de la Paroisse de Bonpara, dans le Diocèse de Rajshahi, dont le Père Rozario était Vicaire, se montre visiblement surpris et heurté par la « conférence burlesque tenue par la police ». « Nous sommes littéralement stupéfaits. Ce qu’affirme la police – observe-t-il pour l’Agence Fides – ne tient pas debout. Pourquoi le Père Rozario aurait-il dû faire cela ? Nous organisions le pèlerinage des fidèles à Dacca et lui aussi était impatient de rencontrer le Pape. La mise en scène est une hypothèse privée de fondements. Nous se savons pas sur quoi elle se base et nous espérons que tout puisse être clarifier au tribunal ».
Une autre source locale de Fides note que « malheureusement, au Bangladesh, on veut de cette manière couvrir les responsabilités de l’Etat, qui ne parvient pas à garantir la sécurité des citoyens », relevant que « des épisodes de ce genre peuvent également être le symptôme de la corruption diffuse au sein des organes de l’Etat ».
Ainsi que l’a appris Fides, l’Evêque du Diocèse de Rajshahi, S.Exc. Mgr Gervas Rozario, se trouve à Dacca, où il s’était rendu à l’occasion de l’arrivée du Pape François. Il reviendra dans son Diocèse au cours des prochains jours. L’Eglise au Bangladesh est prêtre à soutenir pleinement le Père Rozario. « Nous attendons d’écouter sa version des faits et de comprendre ce qu’il dira. Cependant, nous sommes pleinement convaincus qu’il a été enlevé, dans le cadre d’une affaire aux contours flous, sur laquelle il demeure encore totalement à faire la lumière » conclut la source de Fides.
Le Père William Walter Rozario avait disparu lundi dernier à Bonpara, dans le district de Natore, au nord-ouest du Bangladesh, et a été retrouvé par la police dans la ville de Sileth, métropole du nord-est du pays, à la frontière avec l’Inde, sise à quelques 400 Km de son lieu de résidence, quant à lui situé dans le Diocèse de Rajshahi. Il était responsable de l’Ecole Saint Louis et, au cours de cette dernière période, il s’occupait de l’organisation du voyage de quelques 300 fidèles à Dacca à l’occasion de la visite dans le pays du Pape François.
Selon les hypothèses circulant parmi les catholiques bengalais, l’enlèvement pourrait être le fait de groupes extrémistes islamiques, qui recherchent une visibilité ou entendent épouvanter les chrétiens. Il pourrait également être lié à l’action du Père Rozario, directeur d’une école catholique ou encore être lié à la criminalité de droit commun, ayant simplement comme but l’extorsion de fonds.
Le Bangladesh est un pays à majorité islamique dans lequel les catholiques sont au nombre de quelques 400.000 soit 0,2% des quelques 170 millions d’habitants. (PA) (Agence Fides 02/12/2017)
 

PDF