Iraq

 
Iraq - 27-Aug-2018
Mobilisation sur Internet à Bagdad pour bloquer la démolition d'une antique école catholique
Son nom en arabe, Al Aqueeda, signifie littéralement « la foi ». Il s’agit de l’antique école catholiques de filles construite en 1921 où avait notamment fait ses études Zaha Hadid, la fameuse star irakienne disparue en 2016. L’édifice fait partie du patrimoine architectural de la capitale irakienne mais il pourrait être bientôt démoli pour laisser la place à un centre commercial.

Cette perspective a provoqué la vive réaction de nombreux chrétiens de Bagdad, une réaction qui s’est transformée au fil du temps en une véritable mobilisation en ligne contre le projet de démolition. Des intellectuels, des journalistes et de nombreux hommes de la rue, dans leurs interventions sur Internet, accusent les autorités locales d’avoir abdiqué leur rôle de protection et de valorisation du patrimoine architectural de la ville alors que les fonctionnaires de la municipalité de Bagdad se défendent en affirmant que la demande de démolition a été soumises à leurs bureaux par « l’organisation chrétienne » actuellement titulaire de la propriété du terrain sur lequel se trouve l’édifice à démolir. Selon ce qu’il a été indiqué au Monitor, journal en ligne ayant son siège à Washington, par le Vice-directeur du Bureau des Communications de la municipalité de Bagdad, Hakim Abdul Zahra, les propriétaires du terrain ont expliqué que la communauté chrétienne locale ne serait plus intéressée par l’établissement scolaire et sa chapelle annexe, en ce que la majorité des chrétiens ont quitté la zone urbaine sise aux alentours de l’école. Le fonctionnaire a également ajouté que, pour le moment, la municipalité de Bagdad n’a concédé aucune autorisation en vue de la démolition de la structure.
L’édifice appartient actuellement à l’association Rahebat al-Taqdumma de Bagdad. Les responsables de cette association ont indiqué que l’école avait été louée au Ministère irakien de l’Instruction, ajoutant ne plus avoir reçu paiement de loyers de la part de cet organisme gouvernemental depuis 2013. (GV) (Agence Fides 27/08/2018)
 

PDF