Colombie

 
Colombie - 12-Mar-2018
Triomphe des partis de droite opposés aux négociations aux élections législatives
Les élections générales colombiennes d’hier, Dimanche 11 mars, voient la nette affirmation des partis de droite qui ont en majorité manifesté leur contrariété aux processus de paix lancés avec les groupes de guérilla marxisante. Selon les premières données diffusées, le Centre démocratique – formation de droite s’opposant à l’accord de paix avec les « forces armées révolutionnaires de Colombie » (FARC) – se serait imposé comme la principale force politique du pays.

Le Parti en question, fondé par l’ancien Président, Alvaro Uribe, qui avait conduit une campagne acharnée contre l’accord de paix de novembre 2016, a obtenu le plus grand nombre de voix au Sénat (17%) suivi par le parti social-démocrate, qui a obtenu 13% des voix, alors que le dépouillement concerne désormais 95% des suffrages exprimés. Le Parti social d’unité nationale du Président Juan Manuel Santos ne s’est classé que troisième, avec 12% des voix, en compagnie du parti de droite Changement radical et du Parti conservateur. Les préférences des électeurs, appelés à choisir leurs représentants au Sénat et au Congrès, ont mis en évidence la forte stature du candidat d’Alvaro Uribe, Iván Duque, et de l’ancien maire de Bogotá, Gustavo Petro, les confirmant comme de potentiels candidats aux élections présidentielles du 27 mai prochain.
A également surpris le maigre résultat- 0,5% des voix – obtenu par le nouveau parti politique issu des FARC, qui, pour la première fois dans l’histoire démocratique de la Colombie, avait accepté de participer aux élections, suivant le projet de transformation de milice armée en force politique.
Avant les élections, la Conférence épiscopale de Colombie (CEC) avait lancé une campagne invitant les électeurs, et en particulier les électeurs catholiques, à ne pas déserter les urnes, le Secrétaire de la CEC, Mgr Elkin Alvarez Botero, ayant rappelé, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux que les catholiques doivent voter en tant que citoyens, ajoutant, en citant le Pape François : « les catholiques doivent s’intéresser à la vie politique du pays, en participant au débat démocratique de manière sérieuse et responsable ».
S.Exc. Mgr Alvarez Botero, Evêque auxiliaire de Medellin, était intervenu pour lutter contre les fausses nouvelles ayant circulé sur les réseaux sociaux, nouvelles qui demandaient aux catholiques de s’abstenir de voter et de ne pas intervenir activement dans la vie politique de la Colombie. (CE) (Agence Fides 12/03/2018)
 

PDF