Colombie

 
Colombie - 26-Nov-2018
Poursuite de l'exode des vénézuéliens et accueil assuré par des bénévoles catholiques pour soulager la faim
Alors que les yeux du monde sont pointés sur la situation de tension venue à se créer à la frontière sud des Etats-Unis suite à l’arrivée des caravanes de migrants centre-américains dans l’attente qu’elles puissent avoir l’autorisation d’entrer sur le territoire de la Fédération, un autre groupe de migrants est assisté, presque dans une situation d’urgence, à la frontière entre la Colombie et le Venezuela.

En effet, un groupe nombreux de vénézuéliens attend, en de longues files, de pouvoir recevoir une assiette de pâtes au thon, plat de choix pour de nombreux migrants qui arrivent affamés de différentes zones du Venezuela dans le but de poursuivre leur voyage en direction du sud de l’Amérique latine, peut-être vers le Pérou.
Ils sont accueillis par un groupe de bénévoles catholiques, qui travaillent afin de soulager la faim de cette population vulnérable. Nombreux sont ceux qui traversent la frontière entre la Colombie et le Venezuela seulement pour arriver à ce point et pouvoir bénéficier de ce geste de charité, avant de rebrousser chemin. Telle est la mission quotidienne des plus de 200 collaborateurs de la Divine Providence, une cantine de la communauté de l’Eglise catholique sise à Villa del Rosario, dans le nord de Santander, à moins de 500 mètres du pont international Simón Bolívar.
Ce groupe de bénévoles, colombiens et vénézuéliens, coordonné par le Diocèse de Cucuta et par les Paroisses de la zone, reçoit les denrées alimentaires de la Banque mondiale des aliments, qui gère les donations des Nations unies. Ce groupe de personnes du Diocèse de Cucuta prépare quelques 3.000 repas par jour.
« La crise économique et le manque de nourriture nous ont porté à quitter le Venezuela. J’ai toujours cru qu’il ne sert à rien de critiquer. Je suis resté ici pour pouvoir aider mes compatriotes, à partir d’ici, avec ce qui manque dans mon pays : la nourriture » a déclaré Alexis José Rivero López, originaire d’Acarigua, au Venezuela, arrivé en Colombie voici 10 mois et qui a trouvé une possibilité de survie en tant qu’aide-cuisinier à la Divine Providence, selon ce qu’indique la note transmise à Fides par une source locale.
Selon les données fournies par les Nations unies, quelques 2,3 millions de personnes ont quitté le Venezuela depuis 2014, début de la crise économique aigue. La Colombie en a accueilli plus d’un million, dont 820.000 ont été régularisés alors qu’au Pérou, sont enregistrés près d’un million de vénézuéliens. (CE) (Agence Fides 26/11/2018)
 

PDF