Argentine

 
Argentine - 09-Jun-2018
Reconnaissance du martyre pour S.Exc. Mgr Angelelli, deux prêtres et un laïc tués sous la dictature
« Mes bien chers frères, c’est avec une grande joie que je veux vous communiquer que le Saint-Père François a autorisé en ces heures la publication du Décret qui reconnaît le martyre in odium fidei subi par S.Exc. Mgr Enrique Angelelli, par les Pères Carlos Murias et Gabriel Longueville et par le laïc Wenceslao Pedernera. Alors que s’approche le cinquantenaire du début du ministère pastoral à La Rioja de Mgr Angelelli, nous vivons cette importante étape en direction de la prochaine béatification de nos martyrs de La Rioja ». C’est ainsi que débute la lettre que S.Exc. Mgr Marcelo Daniel Colombo a adressé hier, Solennité du Sacré-Cœur de Jésus aux fidèles du Diocèse argentin de La Rioja, dont il est l’Evêque, annonçant la nouvelle longtemps attendue.

L’Evêque souligne les paroles « chaudes et paternelles » par lesquelles le Pape François lui a annoncé la bonne nouvelle, l’invitant à commencer au plus tôt les travaux en vue de la prochaine béatification. « Très ému par le fait de vous donner cette annonce tant attendue, je rend grâce à Dieu qui nous a permis en tant que Diocèse et avec les religieux franciscains conventuels, d’accompagner ce procès canonique qui a mis en évidence le noble dévouement de nos martyrs, témoins par leur sang du Royaume de Dieu » écrit encore l’Evêque, indiquant qu’au cours des prochaines semaines, seront fournis les détails de la célébration de la béatification.
S.Exc. Mgr Enrique Angelelli (1923-1976), Evêque du Diocèse de La Rioja, a été l’un des Evêques d’Argentine les plus connus qui ne cacha pas son opposition à la dictature. Parmi ses expressions qui sont encore présentes dans la mémoire, se trouve cette dernière : « Etre toujours un œil tourné vers le peuple et un autre vers l’Evangile ». Il mourut dans un accident de la route simulé le 4 août 1976 peu après l’instauration de la dictature militaire. Le 4 juillet 2014, soit 38 ans après, deux officiers supérieurs en retraite ont été condamnés à la réclusion à perpétuité pour l’homicide de l’Evêque. Pendant des décennies, les autorités avaient affirmé que sa mort avait été accidentelle. En 2015, a été ouverte la phase diocésaine de la cause en béatification, conclue l’an dernier (voir Fides 26/10/2015, 29/07 et 02/08/2016, 04/08/2017).
Le Père Carlos Murias, jeune franciscain conventuel originaire de Cordoba, oeuvrait dans le Diocèse de La Rioja et Mgr Angelelli l’avait invité à prêter son service parmi les pauvres de Chamical. Il était contrôlé par les militaires et considéré de manière suspicieuse à cause de son engagement en faveur des paysans, le religieux étant conscient des dangers qu’il courrait. Le 18 juillet 1976, un groupe d’hommes se présentant comme agents de police, le prirent en charge au couvent de moniales où il se trouvait sous un prétexte. Le Curé de Chamical, le Père Gabriel Longueville, prêtre fidei donum français, qui était avec lui, ne voulut pas le laisser seul. Ils disparurent tous les deux, leurs corps étant retrouvés au milieu d’un champ deux jours plus tard, atrocement torturés avant d’être passés par les armes. Le Père Carlos Murias avait 30 ans et le Père Gabriel Longeville 45.
Wenceslao Pedernera, un paysan, organisateur du Mouvement rural catholique, fut assassiné à son domicile par quatre hommes masqués qui ouvrirent le feu contre lui en présence de son épouse et de ses filles, le 25 juillet 1976. Transporté à l’hôpital, où il mourut peu après, il prononça des paroles de pardon à l’encontre de ses assassins et recommanda à son épouse de ne pas conserver de rancœur à leur endroit. (SL) (Agence Fides 09/06/2018)
 

PDF