Argentine

 
Argentine - 20-Jul-2018
Appel de la Conférence argentine des religieux et religieuses en faveur du respect et de la défense de la vie
« Combien de fois avons-nous réfléchi sur les paroles du Prophète Jérémie « Avant de te former dans le sein de ta mère, Je te connaissais ; avant que tu ne vois le jour, Je t’avais consacré ; Je t’ai établi prophète pour les nations » (1, 5). Nous nous sentons des personnes immensément aimées, pensées par le Dieu d’Amour de toute éternité, avec une mission, un projet que nous découvrons et construisons sur notre chemin quotidien.

Voilà pourquoi, une fois encore, nous réaffirmons avec une grande espérance que toute vie a une valeur infinie aux yeux du Père, qu’elle est un don de Sa bonté ». C’est ainsi que s’exprime la Conférence argentine des religieux et religieuses (CONFAR) dans un communiqué parvenu à l’Agence Fides, « en défense de la dignité de toute personne ».
Ces jours-ci se trouve en effet en discussion devant le Sénat argentin le projet de loi visant à dépénaliser l’avortement, déjà adopté par la Chambre des Députés le 14 juin dernier, qui autorise l’avortement de manière « sûre, légale et gratuite » pour toutes les femmes qui le demandent en deçà de la quatorzième semaine de grossesse. Après cette échéance, l’avortement ne serait possible qu’en cas de violence sexuelle, si la vie de la mère est en danger ou si l’enfant à naître présente des malformations.
Les membres du Conseil de direction de la CONFAR, est-il écrit dans le communiqué, « soutiennent la défense de la dignité de toute personnes face à toute forme d’esclavage et de rejet » et s’unissent à ce qu’ont affirmé les Evêques lors de la Messe du Dimanche 8 juillet à Lujan, où a été célébrée une Messe pour la vie, à laquelle était invitée l’ensemble de la communauté catholique nationale. « La vie est un pur don de dieu et elle doit par suite être respectée, soignée, défendue et servie » (voir Fides 28/06/2018).
« Comme Notre-Dame, qui se hâta en direction de la maison de sa cousine, Elisabeth, en portant la Vie en son sein, nous aussi, en tant que consacrés, nous prenons soin de notre vie, de celle de nos frères, nous la défendons et nous nous mettons à son service – conclut le communiqué Ainsi, nous pouvons chanter avec joie avec Elle le Magnificat pour les œuvres merveilleuses que le Dieu d’Amour accomplit dans notre vie et en celle de nombre de nos frères qui s’ouvrent à une attitude d’hospitalité pour l’accueillir dans leurs cœurs ». (SL) (Agence Fides 20/07/2018)
 

PDF