Philippines - Taiwan

 
Philippines - Taiwan - 10-Jul-2018
Annonce d'une « collaboration critique avec le Président, sans compromis » de la part de la Conférence épiscopale
Les Evêques catholiques des Philippines sont disposés à continuer une « collaboration critique » avec le gouvernement. Après différentes divergences d’opinion entre l’Eglise et le Président, Rodrigo Duterte, au cours de ces derniers mois, la Conférence épiscopale des Philippines (CBCP) réaffirme que l’Eglise catholique est prête à collaborer avec l’administration Duterte.

Au terme de sa 117ème Assemblée plénière, l’Episcopat philippin a émis un Exhortation pastorale de deux pages intitulée « Réjouissez-vous et soyez heureux », dans laquelle il rappelle qu’au cours de l’histoire du pays, l’Eglise catholique a vécu et exercé sa mission en présence de diverses formes de gouvernement et qu’elle a collaboré avec différents responsables. Le texte, signé par l’Archevêque de Davao et Président de la Conférence épiscopale, S.Exc. Mgr Romulo Valles, trace une « ligne rouge » affirmant que l’Eglise ne fait pas de compromis sur les enseignements fondamentaux de l’Eglise catholique.
« L’Eglise respecte l’autorité politique, en particulier les fonctionnaires gouvernementaux démocratiquement élus, en demandant le respect des principes spirituels et moraux de base qui nous sont chers tels que la sacralité de la vie, l’intégrité de la Création et la dignité intrinsèque de la personne humaine » a déclaré l’Archevêque, expliquant que l’Eglise œuvre avec le gouvernement afin d’atteindre l’objectif qu’est le bien commun, par exemple en prenant en compte les besoins des groupes les plus défavorisés au sein de la société.
En expliquant le sens de la « collaboration critique », Mgr Valles a déclaré que, dans certains cas, il existe des « efforts partagés » alors que sur certaines questions spécifiques, la collaboration « n’est pas possible à cause de nos valeurs spirituelles et morales », que l’Eglise « propose mais n’impose pas ». Dans de tels cas, « nous pouvons seulement invoquer notre droit à l’objection de conscience » a fait remarquer l’Archevêque, reconnaissant « la séparation constitutionnelle entre l’Eglise et l’Etat ».
Le Président de la Conférence épiscopale a également eu un entretien direct avec le Président Duterte au Palais présidentiel afin de chercher à dialoguer et à recomposer les récentes fractures entre l’Eglise et le Président, renforcées lorsque R. Duterte a fait, ces jours derniers, des déclarations publiques sur la « stupidité de Dieu », considérées comme blasphématoires. Au terme de la rencontre, le porte-parole du Président, Harry Roque, a évoqué un « moratoire du Président en ce qui concerne les déclarations sur l’Eglise ».
Entre temps, Mgr Valles a demandé aux fidèles de faire une prière spéciale de trois jours accompagnée par le jeûne et des actes de charité du 17 au 19 juillet « pour invoquer la miséricorde de Dieu sur ceux qui ont blasphémé Son saint nom, sur ceux qui diffament et portent de faux témoignages, sur ceux qui commettent l’homicide ou le justifient en tant que moyen pour combattre la criminalité dans notre pays » a-t-il déclaré.
Les Evêques concluent leur Exhortation pastorale en invitant tout un chacun à toujours être « des constructeurs de paix ». « En ces temps d’obscurité, alors qu’il existe tant de haine et de violence, alors que l’homicide est devenu un événement presque quotidien, lorsque les personnes sont tellement habituées à s’échanger des insultes et à blesser au travers de paroles confiées aux réseaux sociaux, nous admonestons les fidèles à demeurer solides dans notre vocation et mission commune, qui est celle d’œuvrer activement en faveur de la paix » a déclaré l’Archevêque.
Les Philippines comptent 80% de catholiques répartis en 86 Diocèses sur une population totale de 110 millions d’habitants. (SD) (Agence Fides 10/07/2018)
 

PDF