Pakistan

 
Pakistan - 11-Nov-2017
Appel de la Conférence épiscopale en faveur d'élections libres et justes pour construire une démocratie solidaire et inclusive
« Le peuple du Pakistan attend avec angoisse de participer aux prochaines élections qui renforceront le processus démocratiques. Elles doivent être ô combien transparentes. Nous ne pouvons pas espérer un gouvernement stable si les élections ne sont pas libres et justes ». Tel est l’appel lancé par les Evêques catholiques du Pakistan à l’Agence Fides en conclusion de leur Assemblée plénière, tenue à Lahore, les 9 et 10 novembre. Les Evêques ont profité de cette occasion pour évoquer la situation publique du pays, qui se prépare aux élections générales de 2018.

« La Commission électorale du Pakistan – demandent les Evêques – doit être totalement indépendante et impartiale » et ne doit interférer d’aucune manière dans la campagne électorale. L’appel, adressé aux citoyens, vise à « élire un gouvernement honnête qui administre avec intégrité » alors que tous les partis politiques sont exhortés à « affronter les questions qui concernent les difficultés des minorités au Pakistan afin de construire une démocratie solidaire et inclusive ».
C’est pourquoi sont relevées les carences de l’actuel système électoral au sein duquel les candidats des minorités religieuses sont aujourd’hui choisis et nommés par les partis politiques qui les insèrent dans un certain nombre de « postes réservés » au sein des listes électorales, sachant que cela n’est pas représentatif de la volonté des communautés. Le gouvernement est, par suite, exhorté à « créer un système juste ».
« Actuellement – poursuit le message parvenu à Fides – la corruption au Pakistan est cause de grande préoccupation. Il est urgent e se libérer de tous les problèmes de corruption. Il s’agit là d’un grand défi pour l’ensemble de la société. En toute sincérité et honnêteté, devant Dieu Tout-puissant et le bien-être de notre pays, nous devons confesser nos échecs et demander à Dieu de nous pardonner. Ceci demande beaucoup de courage. Si nous pouvons commencer à nous purifier nous-mêmes, l’avenir du pays sera lumineux ».
En ce qui concerne l’avenir, les Evêques remarquent : « L’instruction constitue un droit fondamental de tous être humain. Elle a le pouvoir de tirer d’un être humain des ténèbres de l’analphabétisme et de le porter à la lumière de la connaissance. Un pays ne peut progresser sans un système éducatif adapté. Nous, en tant qu’Eglise catholique au Pakistan, nous nous engageons actuellement à fournir une instruction de qualité, accessible à tous. Ceci continuera à être notre engagement à l’avenir. Toutefois, le système éducatif au Pakistan souffre de nombreuses faiblesses, qui requièrent une attention particulière pour être améliorées. Nous faisons appel au gouvernement afin qu’il promeuve, au sein du système éducatif, une atmosphère de respect, d’harmonie religieuse et de coexistence pacifique entre l’ensemble des communautés présentes au Pakistan ».
En ce qui concerne la vie de l’Eglise en particulier, le Message, reconnaissant au gouvernement le fait d’avoir payer un tribut mérité à Sœur Ruth Pfau du fait de son effort d’éradication de la lèpre du pays, confirme l’engagement des prêtres, religieuses et laïcs à « servir leur prochain, en particulier dans la personne des pauvres et des marginalisés ».
En outre, la Conférence épiscopale a proclamé une Année de l’Eucharistie au Pakistan. Cette année débutera le 26 novembre prochain et d’achèvera le 25 novembre 2018. « Il s’agira d’un moment de croissance spirituelle et de renouvellement intérieur, permettant de partager avec toute l’humanité l’amour du Christ et de confirmer notre service à la nation » explique la note. « Nous exhortons tout un chacun au Pakistan à prier avec ferveur pour la paix, l’harmonie, le progrès et la prospérité de notre bien-aimé pays » conclut le texte. (PA) (Agence Fides 11/11/2017)
 

PDF