Congo Kinshasa RDC

 
Congo Kinshasa RDC - 05-Nov-2018
Portrait de l'ancien Archevêque de Kinshasa, « symbole d'une Eglise africaine engagée »
« Admis à la retraite ce 1er Novembre 2018, S.Em. le Cardinal Laurent Monsengwo reste le symbole d’une église africaine engagée ; d’une église africaine qui refuse de voir l’espérance des peuples africains être sacrifiée par le politique ; d’une église africaine qui refuse de se taire afin de ne pas être complice des tous ces apôtres du mal qui endeuillent continuellement notre continent ; d’une église africaine qui refuse que la mort ait le dernier mot sur le continent africain ».

Telle est la réflexion du Père Donald Zagore, théologien ivoirien de la Société des Missions africaines (SMA) envoyée à l’Agence Fides quelques jours seulement après la renonciation par le Cardinal, pour raison d’âge, à sa charge d’Archevêque de Kinshasa. Les paroles du Père Zagore arrivent en parallèle avec l’escalade de violences qui ensanglantent actuellement le pays, entre violation des droits fondamentaux, viols utilisés comme armes de guerre et urgence humanitaire provoquée par le rapatriement de quelques 80.000 enfants congolais précédemment réfugiés en Angola.
« Le Cardinal Laurent Monsengwo par son combat pour la justice et l’égalité des peuples a rappelé, haut et fort, à tous, l’essentiel du combat fondamental et de la vocation première de l’Eglise qui est de se faire résolument la voix des sans voix, en se battant pour que règnent la justice et la vérité sur notre continent, principes fondamentaux et gages d'un vivre ensemble dans une même et unique société africaine réconciliée, ou l’africain n’est plus un loup pour son prochain, mais un frère pour son semblable ; une société africaine réconciliée ou désormais il « règne la force de la loi et non la loi de la force » ».
L’Archevêque a rappelé à tous que la foi chrétienne, en principe, a une « dimension politique » qui oblige tout homme de foi à un engagement politique solidaire des pauvres, des marginalisés et des sans voix. Il s’agit d’un engagement politique totalement antithétique à la politique actuelle qui consiste essentiellement à conquérir le pouvoir, l’exercer et lutter pour le préserver, remarque le missionnaire, « une perspective qui nourrit continuellement en elle les germes de conflit puisqu’il y a toujours plus d'une personne à se vouloir chef » poursuit le Père Zagore.
La mission de l’Eglise par son engagement politique n’est pas de lutter pour conquérir un quelconque pouvoir, mais substantiellement l’engagement politique que requiert la force de notre foi chrétienne est tout simplement un engagement pour un ordre nouveau dans une société ou règne la paix et la justice, et portée par des hommes et des femmes intègres et de grande moralité. C’est pourquoi le Cardinal a sorti cette fatidique phrase qui restera à jamais gravée dans les mémoires : « Que les médiocres dégagent ! ».
Et de conclure : « Le départ à la retraite du Cardinal Laurent Monsengwo est certes la fin d’une époque, mais aussi le début d’une ère nouvelle ou l’église d’Afrique nourrit de l’héritage du cardinal reste désormais affranchie de ses peurs et prêtes à se livrer en sacrifice pour que la justice et l’égalité des peuples deviennent des réalités tangibles pour les pauvres et marginalisés en Afrique ». (DZ/AP) (Agence Fides 05/11/2018)
 

PDF